P.O.S. [PLAN D’OCCUPATION DES SOLS]




“La véritable générosité de l’hôte ne consiste pas à inviter quelqu’un ou quelque chose à occuper un espace, mais à inviter une transformation de l’espace. C’est l’espace lui-même qui doit faire l’invitation, en se laissant profondément changer par les choses qu’il accueille”.

Mark Wigley, Constant’s New Babylon. The Hyper-Architecture of Desire, Rotterdam, Witte de With Center for Contemporary Art: 010 Publishers, 1998, page 122

︎ La première du P.O.S. a eu lieu le 4 juin 2022 au théâtre Louis Aragon (scène conventionnée d’intérêt national art et création - danse).
Conception de la performance : Marina LEDREIN & Le Collectif MOUVEMENT(s)
Avec la complicité chorégraphique de Nathalie HERVÉ
Performeur·ses : Christian DACLINAT – Aimée DUBUISSON - Corinne DUTHEIL – Francelyse FALEYRAS – Nathalie HERVÉ – Fanny INGRASSIA – Abdelaziz KHERFI – Marina LEDREIN – Baky MEGUENNI – Manalios OOCHIT – SPIRALE PRODUCTION
Création sonore : Fanny INGRASSIA – Benoit NAVARRET
Partenaires : Théâtre Louis Aragon (scène conventionnée d’intérêt national art et création - danse) - Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis (le projet est lauréat de l’appel Agir IN Seine-Saint-Denis 2021) - Fondation Banque populaire Rives de Paris - Université Paris 8 Saint-Denis - Laboratoire MUSIDANSE - CENTQUATRE, Paris 
Durée de la performance : 1h15


Contexte et genèse du projet


Le projet est réalisé en co-création avec le collectif MOUVEMENT(s). Composé d’usagers, de soignantes et d’artistes, il est installé à l’hôpital psychiatrique Robert Ballanger (93) depuis 2017. Le collectif est pensé comme un laboratoire de création au cœur de l’hôpital. Inscrit dans les champs de la création chorégraphique et des arts visuels, il a pour objectif d’imaginer des modules de réflexion et de création autour de la vie en psychiatrie.
En mars 2020, dans le contexte de la crise sanitaire, la fermeture des espaces collectifs et des services d’hospitalisation opère un recul des droits et des libertés très inquiétant pour les usager·e·s ainsi qu’une dégradation des conditions de travail pour le personnel soignant. Dans un tel contexte de redoublement de l’enfermement et d’effondrement des pratiques, les membres du collectif se sont interrogés sur la manière dont il est encore possible d’habiter l’hôpital et d’imaginer des circulations possibles hors les murs, dans la cité.
En 2021, à la suite de son entrée en doctorat de recherche-création, Marina Ledrein associe au projet le théâtre Louis Aragon (scène conventionnée d’intérêt national art et création - danse), le CENTQUATRE – Paris, l’Université Paris 8 et le laboratoire de recherche MUSIDANSE.

︎ A propos du collectif MOUVEMENT(s)

Une déambulation dansée 

Initialement, un Plan d’Occupation des Sols est un document cartographique dressé par les services d’urbanismes d’une commune. Il arrêtait les règles d’utilisation de son sol, découpant notamment ceux-ci en plusieurs zones distinctes ayant chacune une affectation dominante.
La notion d’occupation renvoie aussi directement à une prise de possession temporaire d’un espace, elle contient en filigrane une volonté de réappropriation et rappelle ce que les activistes américain·es appellent « reclaim », se réapproprier non pas une position d’autorité mais la capacité de sortir de l’impuissance, de résister à ce qui l’a fabriquée. Faisant écho aux occupations de théâtres et lieux culturels liées au contexte de la crise sanitaire, le choix du mot renvoie aux objectifs fixés par un contexte d’occupation : comment faire entendre une question ? Quels espaces de négociations pour celles et ceux qui subissent l’enfermement ?
Le P.O.S. dont il est question ici prend la forme d’une déambulation dansée et guidée par les membres du collectif MOUVEMENT(s) et les artistes associés dans tous les espaces de la structure-hôte qui l’accueille. Le P.O.S. se transforme et se déploie en fonction du lieu qui l’accueille. Dispositif chorégraphique mais aussi plastique et sonore, le POS cartographie de manière sensible un discours à plusieurs voix sur la psychiatrie entre désir de renouer avec la fonction hospitalière de l’hôpital et désir de recréer des circulations entre lieux de soin et lieux de vie.
En juin 2022, il s’est installé pour la première fois dans les espaces du théâtre Louis Aragon à Tremblay-en-France. Le hall d’entrée, les couloirs, le studio de répétition, le parvis ou encore le plateau se sont successivement transformés en zones d’écoute, de crise, d’amour, d’anesthésie, etc.