TELEGRAPH(s) 2017-2018





Installation sculpturale et sonore, origamis, acier, environnement sonore interactif, série de 5 dessins au crayon graphite sur papier, dimensions variables
Projet en collaboration avec Julie Ramage, Alex Augier et les personnes détenues des maisons d’arrêt de Fleury-Mérogis
Photographies : Christophe Ramage


L’espace carcéral fonctionne comme une caisse de résonance : lors de conversations fenêtres, les personnes détenues utilisent le cri pour communiquer. Ces conversations publiques ont leur pendant privé : les fax, messages écrits soigneusement pliés, transmis de fenêtre en fenêtre, lus et immédiatement jetés, qui permettent un échange plus intime, à condition de n’être pas interceptés. Les fax font silencieusement circuler l’information sur cet intranet mécanique que constitue le réseau des yoyos, outils de fortune construits pour transmettre les missives.
La technique de l’origami, dont les plis dissimulent ou transmettent des messages secrets, permet l’invention de nouveaux fax basés non sur l’écriture mais sur l’élaboration d’un système de codage au sein duquel les pliages, leurs répétitions, leurs in­tervalles, leurs écarts, remplacent les mots. L’environnement musical, conçu par Alex Augier, permet l’immersion dans un espace au sein duquel la voix fusionne avec les caractéristiques sonores de l’architecture physique de la prison, retranscrivant l’architecture immatérielle de l’information.