PLAN D’OCCUPATION DES SOLS (P.O.S)

︎Première le 4 juin 2022 - Théâtre Louis Aragon (Tremblay-enFrance) 

Conception de l’installation et de la performance : collectif MOUVEMENT(s) avec l’artiste-chercheuse  Shirley NICLAIS
Avec le regard de Karine DEBONO, Christine TAUZIN (psychologues cliniciennes au CHI Robert Ballanger) et Fanny INGRASSIA (musicothérapeute) 
Production : BLACKCUT - NEKUIA 
Autres partenaires : Centre Intercommunal Hospitalier Robert BALLANGER à Aulnay-sous-Bois, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (Laboratoire MUSIDANSE), CENTQUATRE à Paris
Le projet est lauréat 2021 de l'appel  Agir IN Seine-Saint-Denis
Le IN Seine-Saint-Denis est une marque initiée par le département de la Seine-Saint-Denis


Contexte du projet

La crise sanitaire de la COVID-19 a fortement impacté les activités du groupe MOUVEMENT(s) et plus largement l’organisation de l’hôpital psychiatrique public Robert Ballanger avec la fermeture de ses espaces collectifs (centre social, cafétéria, ateliers) et de ses services d’hospitalisation. Ne disposant d’aucun espace extérieur clôturé, l’espace habité est donc réduit à celui du couloir et des chambres (souvent collectives). De nouvelles modalités de communication –opérant ainsi un rapprochement avec les usages en milieu carcéral – ont été mises en place pour maintenir les liens : conversations à travers les fenêtres entrouvertes, « parloirs sauvages », appels téléphoniques, envoi de courriers par voie postale. Les membres du groupe se sont réunis autour des questions suivantes : Comment réintroduire l’idée de passage et de circulation dans un espace architectural organisé autour de l’isolement ? Que peut la danse pour un tel lieu ?
Dans ce projet, il est question d’interroger les relations entre l’architecture comme édifice et les corps qui l’occupent. Il s’agit par la danse, par son approche sensible de réactiver une nouvelle façon de sentir le lieu et de penser les circulations au sein ou entre les espaces. Les membres du groupe MOUVEMENT(s) souhaitent par cette expérience inventer une architecture imaginaire activée par le travail de la sensation et du mouvement. 
Le Plan d’Occupation des Sols : une installation activée lors d’un temps de performance

La notion d’occupation renvoie directement à une prise de possession temporaire d’un espace, elle contient en filigrane une volonté de réappropriation. Faisant écho aux occupations de théâtres et lieux culturels liées au contexte de la crise sanitaire, le choix du mot renvoie aux objectifs fixés par un contexte d’occupation : comment faire entendre une question ? Quels espaces de négociations pour celles et ceux qui subissent l’enfermement ?
Avec chaque structure partenaire, un P.O.S. (Plan d’Occupation des Sols) sera proposé aux équipes et aux visiteurs. Le P.O.S. était initialement dressé par les services d’urbanismes d’une commune, il arrêtait les règles et servitudes d’utilisation de son sol, découpant notamment ceux-ci en plusieurs zones distinctes ayant chacune une affectation dominante. Ici, le Plan d’Occupation des Sols du collectif déterminera la manière dont ses membres vont occuper les espaces pour partager les savoirs et les pratiques générés par les recherches menées à l’hôpital. Le P.O.S. du collectif est pensé comme un arpentage poétique du lieu, une expérience partagée et engagée pour la résilience du territoire.


︎ A propos du collectif MOUVEMENT(s)