WORK

Chorée (2019)

(en cours) 

Dans le cadre de la plateforme de recherche et création Mouvement(s) soutenue par le dispositif Culture à l’hôpital, la DRAC Ile-de-france, l’ARS Ile-de-france, Le Théâtre Louis Aragon (scène conventionnée danse), L’hôpital Robert ballanger et BLACKCUT depuis 2017
En collaboration avec Karine Debono (psychologue clinicienne à l’hôpital Robert Ballanger) images : Judith Arazi et Marina Ledrein 
danse : Marie Marcon
avec Julien, France-Lyse, Helena, Manalios Oochit, Evelyn, Sophie Singh, Jenani, Annie


Chorée s'inscrit dans la continuité des initiatives menées à l'hôpital Robert Ballanger depuis 2017 avec un groupe de personnes hospitalisées et le personnel soignant du pôle de psychiatrie autour de la question du mouvement. Cette question est au cœur des troubles psychiatriques. La maladie et les traitements souvent lourds qui l'accompagnent, modifient la relation de chacun à son propre mouvement : fatigabilité, tremblements, mouvements involontaires, ralentis, accélérés, empêchés sont des termes qui reviennent souvent de la part des participants aux ateliers afin de décrire leur relation au mouvement. La maladie fixe, agite, immobilise et parfois enferme le corps. Chorée, emprunté au latin classique Chorea,désigne simultanément une danse en groupe et une maladie nerveuse caractérisée par des mouvements involontaires, irréguliers. (CNRTL)
Il désigne aussi l'expérience proposée par la plate forme : construire une œuvre collective, une danse en groupe en explorant les qualités physiques du mouvement lorsqu'il est modifié par la maladie et les traitements associés. Chorée prend la forme d’un film entre documentaire, témoignages et film de danse sur l’impact des médicaments et des troubles psychiques sur le corps et le mouvement.